DESINFORMATION A PROPOS DE MEDJUGORJE SUR L’INTERNET TCHEQUE

Sur les pages Internet ChristNet.cz, ont été publiés, tout comme dans d’autres pays, des matériaux de désinformation sur Medjugorje. Ces informations ont été, il y a plus de 10 ans (le 10 avril 1991), examinées par la Conférence épiscopale yougoslave et considérées alors officiellement comme dénuées fondement. Malheureusement, de nombreuses personnes, par manque de connaissances ou par esprit de partialité contre les apparitions, ont continué a répandre en privé ces informations et a les faire passer pour le point de vue officiel de l’Eglise.

Les informations mentionnées ont été principalement propagées par l’éveque Zanic dans les années 1981-85. Nous présentons ici, pour les lecteurs peu informés, des informations de base complémentaires permettant d’éclaircir cette affaire.

La paroisse de Medjugorje appartenant au diocese de l’éveque Zanic, ce dernier avait été informé de ces évenements immédiatement apres le début des apparitions de Medjugorje. De tels évenements sont en effet normalement gérés par l’éveque local.

Trois mois apres l’accusation de mise en scene et de mensongeS de l’Eglise par le régime communiste, l’éveque Zanic, sur la base d’une enquete personnelle, avait déclaré (par exemple, le 25.7.1981 lors d’une visite a Medjugorje) et avait publié (le 16.8.1981- Glas koncila, le 1.9.1981- une lettre au président de la République) que les enfants faisant l’objet d’apparitions, ne mentaient pas. Il souhaitait meme a l’époque déclarer immédiatement la véracité des apparitions en cours.

Mais étant entré personnellement en conflit avec des Franciscains n’appartenant pas a la paroisse de Medjugorje, l’éveque a commencé a prendre parti contre les apparitions. Il a commencé a dire et a écrire que les apparitions n’étaient qu’une mise en scene d’origine diabolique. Le professeur Rupcic a protesté contre ces accusations qui, selon lui, ne sont pas plausibles car cela signifierait que le diable a changé de bord. Avant, il disait : ne priez pas, ne croyez pas, n’allez pas a la messe, ne vous convertissez pas, ne vous confessez pas, n’allez pas a l’adoration, volez, ne vous réconciliez pas, séparez-vous … Et a Medjugorje, il dirait : Priez, croyez, allez a la messe, confessez-vous, réconciliez-vous, ne vous séparez pas… Un tel revirement constituerait le plus grand miracle du monde.

Plus tard, l’éveque Zanic a commencé a qualifier les apparitions d’hallucinations. Mais s’il est vrai qu’un seul homme peut etre sujet a des hallucinations présentant un contenu précis, il n’est pas possible que 6 personnes aient en meme temps la meme hallucination. La psychiatrie ne connaît pas l’hallucination collective.

Cette explication ne lui ayant pas fourni le succes voulu, il a commencé alors a collectionner diverses calomnies et fausses informations et a en retirer des conclusions d’une large portée. Ensuite, le 2 juin 1982, il a rendu visite au Pape Jean Paul II et lui a fait part de sa décision de déclarer les apparitions comme fausses. Le Pape l’a écouté attentivement et lui a fait remarquer ensuite que ses conclusions étaient basées sur des suppositions dénuées de fondement. Il lui a recommandé de poursuivre ses recherches ce qu’a promis de faire, l’éveque Zanic. Mais, ce dernier a donné ordre aux quatre membres de la commission de rassembler du matériel contre l’authenticité des apparitions et non pas d’examiner objectivement les voyants et le cours des apparitions. (Ces propos ont été rapportés par le docteur Ivan Dugandzic- un membre de la commission).

 

Il a, par la suite, lui-meme rassemblé intensivement d’autres mensonges et suppositions qu’il a réussi a publier dans les journaux L’Osservatore Romano et La Croix en novembre et surtout, en décembre 1984.

Réagissant contre ces publications, l’Archeveque Franic, le président de la commission théologique pour la Conférence épiscopale yougoslave, a déposé, le 29.1.1985, une plainte au Vatican contre l’éveque Zanic. La congrégation du Cardinal Ratzinger a constaté que la plainte était fondée et elle a, en avril 1985, retiré a l’éveque Zanic, le droit de se prononcer sur les évenements en cours. Elle lui a demandé plus tard de lui remettre sa documentation ; la remise de la documentation s’est faite, au Vatican, le 15.5.1985.

Sous l’impulsion du Vatican, le Cardinal Kuharic, le président de la Conférence épiscopale yougoslave a créé en 1987, une nouvelle commission pour la conférence épiscopale dans laquelle l’éveque Zanic n’a que le statut de simple membre.

La Conférence épiscopale, avec l’aide de quatre membres de la Commission, a de nouveau examiné les suppositions et les mensonges précités et les a définitivement jugés, le 10 avril 1991, comme dénués de fondement pour l’authentification des apparitions. Il convient donc d’interpréter l’opinion de l’éveque Zanic selon laquelle les apparitions sont fausses, comme une opinion tout a fait personnelle qui ne coincide pas avec le point de vue officiel de l’Eglise. Le 15.8.1993, le Cardinal Kuharic a publié dans Glasu Koncila, le journal officiel de la conférence épiscopale, une déclaration qui reconnaît officiellement a Medjugorje, le caractere d’un lieu de pelerinage.

 

Il y a deux raisons connues qui ont influencé, de façon notable, l’opinion de l’éveque Zanic. La premiere raison concerne la remise de la paroisse des franciscains aux pretres diocésains. Il faut savoir qu’aux siecles derniers lors de l’oppression en Bosnie Herzégovine, seuls les religieux, les franciscains sont restés avec la population. Aux termes de l’accord de 1975, les franciscains devaient remettre certaines paroisses a l’administration diocésaine. Mais l’éveque Zanic qui voulait accélérer et élargir cette remise, a rencontré une certaine résistance surtout, du côté des croyants tres attachés aux franciscains.

La seconde raison a pour origine un long conflit entre l’éveque et deux franciscains de Mostar. Ces derniers ayant affirmé que l’éveque n’avait pas négocié correctement dans certaines affaires, il les a destitués de leurs fonctions de pretre le 7.2.1983. Les deux pretres se sont alors adressés, par l’intermédiaire de Vicka, a la Vierge Marie qui leur a dit qu’ils n’avaient commis aucune faute. Et 10 ans plus tard, ces faits ont meme été confirmés par le tribunal du siege apostolique a Rome qui, le 27.3.1993, a constaté, sous le numéro de dossier 17907/86, que les franciscains n’avaient commis aucune faute et que l’éveque Zanic avait contrevenu au droit canon.

 

Lorsque l’éveque Zanic a commencé a propager publiquement, a travers la presse catholique, ses suppositions et ses mensonges, l’archeveque Franic et, a ses côtés, le Vatican est intervenu officiellement ; et l’un des meilleurs spécialistes du mysticisme, le Cardinal Hans Urs von Balthasar, a également écrit, a l’éveque Zanic, une lettre tout a fait claire :

« Monsieur, que de tristes documents vous avez envoyés a travers le monde ! J’ai été profondément attristé lorsque j’ai vu de quelle façon la valeur épiscopale a été déshonorée. Au lieu de faire preuve de patience, vous retentissez et vous lancez des éclairs jupitériens a des personnes respectables et innocentes dont vous avez noirci la réputation et qui méritaient, au contraire, votre considération et votre protection. Vous ne cessez de fonder vos accusations sur des inculpations déja plus de 100 fois démenties… J’espere que vous priez vraiment le Seigneur et sa mere afin que cette triste tragédie qui n’est pas sans conséquence prenne fin dans l’intéret de l’Eglise toute entiere. Rejoignez tous ceux qui prient avec tant de ferveur a Medjugorje .

Le 12.12.1984

Bien a vous dans le Christ
Hans Urs von Balthasar »

 

Conclusion

L’Eglise considere officiellement comme dénuée de fondement la désinformation ci-dessus présentée (le 10 avril 1991) et elle ouvre ainsi la voie vers la reconnaissance de l‘authenticité des apparitions. Toutefois, la commission chargée de résoudre le probleme du caractere surnaturel des apparitions n’a toujours pas été créée jusqu’a ce jour.

Toutes les commissions d’expertise médicale des années 1982 (le professeur Stopar), 1984 ( une équipe de médecins français), 1985 (une équipe italienne) et 1997 (une équipe internationale) ont constaté que les voyants sont, sur le plan psychiatrique, tout a fait sains et qu’il n’est pas possible d’expliquer les apparitions de façon naturelle. De meme, certaines guérisons, qui ont fait également l’objet d’un examen, n’ont aucune explication naturelle.

 

A Medjugorje, il n’y a jamais eu de probleme avec les pretres et il n’y en a pas a l’heure actuelle. Les pretres ont toujours exécuté les directives de l’éveque local et de l’ordre provincial. Ces faits ont été meme confirmés publiquement le 14.6.2001 par l’éveque Peric qui, il est vrai, ne croit pas en la véracité des apparitions puisqu’il a repris l’opinion de l’éveque Zanic. L’éveque Peric a vécu a l’étranger pendant plus de 10 ans apres le début des apparitions et, apres sa prise de fonction épiscopale, il n’a pas créé de commission d’enquete et n’a jamais rencontré les voyants.

A Medjugorje, chaque jour depuis le début des apparitions, regnent la paix, la tranquillité et la joie et les gens y obtiennent de grandes grâces divines. On n’oblige personne a venir en pelerinage mais on ne l’interdit pas non plus. Parce que les opposants des apparitions continuent a répandre de fausses informations sur l’interdiction de se rendre en pelerinage a Medjugorje, le porte-parole du Vatican, le docteur Navarro-Vals, s’est prononcé sur ce sujet pour le Catholic News Service (The Universe, 1.9.1996): « …Nous ne pouvons pas interdire aux gens de se rendre a Medjugorje… Chacun peut se rendre a Medjugorje a sa guise. Lorsque les croyants catholiques s’y rendent, ils ont droit a un accompagnement spirituel. C’est pourquoi l’Eglise n’interdit pas aux pretres d’accompagner des pelerinages organisés par des laiques… »

 

Mais aux termes des directives de l’Eglise catholique concernant la vérification des apparitions, les pelerinages ne peuvent pas revetir un caractere cérémonial. Les pelerinages ordinaires sont, par contre, nécessaires a l’authentification des apparitions. A titre d‘information, nous présentons des extraits de statistiques sur Medjugorje pour l’année 2001 : Se sont rendus en visite a Medjugorje, un Cardinal, 14 archeveques et éveques. 27 322 pretres ont concélébré la sainte messe et au cours de l’année entiere, 1 164 000 communions ont été distribuées. Les voyants vivent une vie de famille chrétienne bien ordonnée.

Docteur et ingénieur Frantisek Mracek

 
 
 
 

2019 Vérité | S radostí vytvořil a spravuje manGoweb [webdesign studio]